Avec 72,79% de «oui» à la LcAT, le Valais va pouvoir mettre de l’ordre dans l’aménagement de son territoire

powered by

Pas de clivage entre la plaine et la montagne, ni entre le haut et le bas du canton: toutes les communes valaisannes ont largement accepté ce dimanche 21 mai la loi cantonale sur l’aménagement du territoire. Le Conseil d’Etat se saisira en juin du projet de Plan directeur cantonal et le transmettra ensuite, pour adoption, au Grand Conseil. Ce dernier en parlera durant sa session de décembre 2017 et l’adoptera sous la forme d’une décision lors d’une deuxième session au printemps 2018. Le Plan directeur cantonal pourra ensuite être soumis à l’approbation du Conseil fédéral.

Deux invités pour commenter ce résultat:

  • Grégory Logean (chef de groupe UDC Valais au Grand Conseil)
  • Thierry Largey (chef de groupe Les Verts)

La révision de la loi cantonale sur l’aménagement du territoire (LcAT) était nécessaire après l’acceptation, en 2013, de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) par le peuple suisse: les cantons ont jusqu’au 1er mai 2019 pour adapter leurs bases légales et leur plan directeur.

La loi cantonale crée les bases légales pour mettre en œuvre la solution prévue dans le plan directeur cantonal concernant le dimensionnement des zones à bâtir.

En outre, les dispositions relatives aux zones des mayens du canton ont également été adaptées afin que, dans le futur, les constructions caractéristiques du paysage puissent, sous certaines conditions, être transformées en résidences secondaires, même dans les communes dont le taux de résidences secondaires dépasse les 20%.

Le Conseil d’Etat se saisira en juin du projet de Plan directeur cantonal et le transmettra ensuite, pour adoption, au Grand Conseil. Ce dernier en parlera durant sa session de décembre 2017 et l’adoptera sous la forme d’une décision lors d’une deuxième session au printemps 2018. Le Plan directeur cantonal pourra ensuite être soumis à l’approbation du Conseil fédéral.

Le Plan directeur cantonal se compose de 49 fiches de coordination réparties dans cinq domaines thématiques et contient entre autres les dispositions pour le dimensionnement des zones à bâtir. Le canton y propose une stratégie d’urbanisation adaptée à sa situation particulière. Cette solution, approuvée par la Confédération, permet de réduire le dézonage au strict nécessaire, les communes devant pour ce faire délimiter leur périmètre d’urbanisation qui correspond aux besoins en zones à bâtir pour les 25 à 30 prochaines années.


Tags assigned to this article:
LATVOTATIONS