Défense des patients: Stéphane Veya, nouveau président de l’ADPVal, espère la reconnaissance du gouvernement

powered by

Une opération qui tourne mal, un rapport de confiance rompu avec son médecin ou avec un établissement hospitalier: depuis sept ans, l’ADPVal défend les patients dans leurs droits et milite pour la qualité des soins. Dès aujourd’hui, Michel Ducrot cède la présidence à l’avocat octodurien Stéphane Veya. Ce dernier est invité sur le plateau du Journal pour évoquer les nouveaux défis de l’association.

Aujourd’hui, une dizaine de cas lourds sont encore traités chaque année par l’ADPVal. Les tensions du début semblent toutefois s’être apaisées. L’association s’estime reconnue par l’Hôpital du Valais, aux dires de Michel Ducrot. Un état de fait pour Eric Bonvin qui tient principalement à deux facteurs:

«Il y a eu une évolution qui s’est faite de part et d’autre, confirme le directeur général de l’Hôpital du Valais. D’un côté l’ADPVal qui s’est ouverte et qui n’est plus uniquement contre l’Hôpital du Valais mais pour les patients valaisans où qu’ils soient dans le système sanitaire. Et de l’autre côté, l’Hôpital du Valais qui, lui aussi, entend ces critiques et en tient compte pour, dans la mesure du possible, modifier au mieux les choses en vue d’une meilleure qualité.»

Site internet de l’ADPVal (Association de défense des patients hospitalisés en Valais)


Tags assigned to this article:
HÔPITAL DU VALAIS