Gens du voyage: Martigny et Saint-Maurice pointent du doigt le Canton sur la gestion des places d’accueil

powered by

L’aire d’accueil des gens du voyage de Martigny sera-t-elle un jour déplacée? Une solution à proximité de l’A9 avait été trouvée. Mais, problème, l’Office fédéral des routes a besoin de la parcelle en question afin d’y entreposer du matériel de chantier jusqu’en 2022.

Aujourd’hui, c’est la soupe à la grimace pour les deux municipalités concernées.

Et Martigny en a marre: la ville gère seule et à ses frais l’accueil des gens du voyage. Elle craint que l’aire actuelle ne reste en place jusqu’en 2022 au moins. La ville a toutefois la possibilité de fermer cette place.

«Mais on sait que des gens du voyage arriveront quand même, note la présidente Anne-Laure Couchepin Vouilloz. Qu’est-ce qu’on va leur proposer? Ils vont squatter le domaine public ou des terrains privés. C’est une solution? Non, pas pour moi.»

À Saint-Maurice, on n’est pas prêt. Du point de vue de la procédure, dit le président de Saint-Maurice Damien Revaz, il est impossible d’aménager une place pour gens du voyage en si peu de temps:

«La meilleure solution, c’est que le Conseil d’Etat fonce dans l’aménagement des trois places définitives prévues dans le plan directeur.»

Les deux municipalités concernées dénoncent une mauvaise gestion du dossier par le Canton.