«Il faut abandonner le tunnel de Riedberg», clame le PS du Haut-Valais, qui va interpeller le Grand Conseil

powered by

Les socialistes du Haut-Valais ont annoncé cette semaine qu’ils allaient demander au Grand Conseil, lors de la prochaine session, l’abandon du percement du tunnel de Riedberg. Selon eux, on a dépassé les bornes et il est temps que la Commission de gestion se penche sur cette affaire.

«C’est un chantier à perte de vue. Le premier coup de pioche a été donné en 2004. Cela fait maintenant 14 ans qu’on travaille sur seulement 1 kilomètre d’autoroute dans le Haut-Valais. Et il semble que le percement sera effectué qu’en 2024», dit Gilbert Truffer, président du parti socialiste du Haut-Valais. Un parti qui veut lancer une motion politique lors de la prochaine session du Grand Conseil en demandant à la commission de gestion de faire table rase du passé, et de mettre en place une mesure radicale pour le futur.

Abandonner le tunnel de Riedberg, et faire une variante qui passerait à côté de la gare de Gampel-Steg? Question soumise à Martin Hutter, chef de L’Office de construction des routes nationales:

«Oui, c’est une opinion. A mon avis, on peut construire ce tunnel parce qu’on a déjà franchi la moitié du percement. Avec du recul, passer le long du versant cela aurait été une option, oui, mais aujourd’hui, il n’en est plus question. Et nous allons construire ce tunnel!»

Selon les responsables, on a déjà investi 140 millions de francs dans le tunnel de Riedberg. Un peu plus de la moitié du tunnel a été réalisé. La facture finale pour ce dernier devrait être conséquente: il pourrait coûter 200 à 300 millions de francs en tout, la motion du PS est censée apporter plus de clarté sur ces chiffres….si la motion passe au Parlement valaisan!

La prochaine session du Grand Conseil débutera le 11 septembre.