Jean-Marie Bornet licencié: le Conseil d’Etat s’exprime

Jean-Marie Bornet licencié: le Conseil d’Etat s’exprime

Le Gouvernement valaisan s’exprime au lendemain de l’annonce du licenciement de l’ancien candidat au conseil d’Etat:

«Jean-Marie Bornet s’est mis dans une position qui ne lui permet plus d’assumer sa fonction de membre de l’Etat-major, de chef information et prévention ainsi que de porte-parole de la Police cantonale. Certaines de ses déclarations sont en effet incompatibles avec ses missions et porteraient un préjudice incontestable à l’exercice de sa charge. Pour le Gouvernement, les rapports de confiance s’en trouvent rompus.»

Le Gouvernement met en avant deux épisodes:

  • les critiques émises contre la réforme de la loi fédérale sur la circulation routière, Via Sicura.
  • des attaques contre la justice valaisanne, dans le cadre d’une procédure dont Jean-Marie Bornet fait l’objet.

Et d’ajouter: «Selon le Tribunal fédéral, l’activité politique hors service d’un fonctionnaire trouve sa limite là où le comportement de ce dernier est préjudiciable à l’exercice de sa charge.»

Le policier sera formellement licencié au 31 juillet 2017. Il se dit choqué. Choqué de constater qu’un citoyen puisse être sanctionné pour s’être mis à disposition de la société lors d’une élection:

«Jean-Marie Bornet est choqué de constater qu’un citoyen puisse être sanctionné pour s’être mis à disposition de la société en tant que candidat à une élection. Cet état de fait est grave sur le plan démocratique. Il est à mentionner que Jean-Marie Bornet était au bénéfice d’un congé accordé par le Conseil d’Etat “afin qu’il puisse exercer son droit à participer à cette campagne électorale”».

Réactions en images dimanche sur notre site internet et dans notre WEEK-END EN IMAGES à 20 heures.

Tags assigned to this article:
CANTONALES 2017