«Le secteur de la presse bouge à une vitesse ahurissante. C’est passionnant. Ce qu’il faut, c’est de l’argent», estime Romaine Jean

powered by

La presse suisse traverse une grave crise économique. Restructurations, fusion, licenciements: le climat est tendu pour les journalistes. Ce jeudi matin, plusieurs d’entre eux ont manifesté leur mécontentement à Berne face aux agissements du groupe zurichois Tamedia. La journaliste Romaine Jean est invitée dans LE JOURNAL pour en parler.

«Le modèle économique de la presse a complètement changé. Je pense qu’il ne faut plus laisser l’informations aux éditeurs qui sont des commerciaux, dit Romaine Jean. Il faut trouver un autre modèle économique, il faut réfléchir à ce qu’est le service public, à la manière d’aider la diversité de la presse qui est menacée aujourd’hui. C’est une question qui doit intéresser les pouvoirs publics, j’espère une mobilisation des politiques. La presse est un secteur qui bouge à une vitesse ahurissante. C’est passionnant! Ce qu’il faut, c’est de l’argent.»