LE JOURNAL du 04.07.2018

powered by

Le GRIMM forme toutes les personnes intéressées par la montagne à la médecine d’expédition et la médecine de montagne. Son président, Pierre Métrailler, nous en dit plus sur cette médecine un peu particulière
«Depuis 15 ans, le GRIMM diversifie ses activités pour apporter une formation et de meilleures connaissances aux alpinistes, en particulier pour ceux qui partent en expédition.» Pierre Métrailler, président du Groupe d’Intervention Médicale en Montagne, nous en dit plus sur cette médecine un peu particulière. «Notre but principal est d’améliorer la formation et les connaissances des gens qui pratiquent la montagne». Pour ce faire, le GRIMM forme les participants notamment à la télémédecine.

Grâce à la télémédecine, un personne de l’expédition peut entrer en contact avec un médecin en Valais pour l’aider à préciser son diagnostic
Cinq médecins du GRIMM, le Groupe d’Intervention Médicale en Montagne, sont répondants de SOS-MAM, service de conseil médical à distance pour les personnes en expédition, mis en place en collaboration avec l’Ifremmont en France. La télémédecine est un grand pas en avant dans la prise en charge d’un patient dans un milieu isolé. Elle se développera aussi entre le Valais et l’Antarctique au travers d’une nouvelle collaboration, entre le Centre Hospitalier du Valais romand, le GRIMM et l’International Polar Foundation. Une fondation belge qui travaille déjà activement avec le personnel médical valaisan.

«Il faut des projets fous, s’il n’y a pas de projets fous, de gens fous pour les mettre sur pied, ça sert à quoi?» Portrait d’Alain Hubert, fondateur de la station Princesse-Élisabeth dans l’Antarctique
Alain Hubert, fondateur et directeur de l’International Polar Foundation enchaîne les projets fous. Il a été le premier à gravir certains sommets et a aussi traversé l’Arctique à pied. L’homme se consacre aujourd’hui entièrement à la fondation polaire internationale qu’il dirige. Des scientifiques du monde entier se rendent au Pôle Sud pour étudier cet environnement hostile. Nombre d’entre eux, sont des guides ou des médecins de la Maison du Sauvetage de Sion.

Samuel Destaing, qui a passé 20 ans au restaurant Les Alpes à Orsières, reprend aujourd’hui la Régence-Balavaud
Samuel Destaing a passé 20 ans au restaurant Les Alpes à Orsières. Il en était le chef depuis 2010, obtenant la note 17 au Gault et Millau.Il reprend aujourd’hui le Régence-Balavaud. La cuisine de Samuel Destaing se base sur les produits locaux. Il fera la part belle aux vins du Valais. Une aubaine pour Provins qui a acheté la Régence-Balavaud et son domaine.

Avec la canicule, les communes valaisannes se préparent, comme chaque été, à de possibles pénuries d’eau. Exemple à Conthey
Avec la canicule, les communes valaisannes se préparent, comme chaque été, à de possibles pénuries d’eau. A Conthey, le réseau est très performant.
La station de Rapède, ouverte en 2003, permet de stocker trois millions de litres. Elle peut filtrer jusqu’à 180 litres par seconde. Les mesures principales prises par la commune concerne les horaires d’arrosage, limités durant l’été. Pour l’arrosage de grandes surfaces, des bulletins d’eau sont aussi mis sur pied par la commune.


Tags assigned to this article:
SEMAINE DU 2 AU 6 JUILLET 2018