LE JOURNAL du 04.10.2017

powered by
Énergie: la Suisse est à la croisée des chemins, avec un potentiel d’économie qui dépasse les 50%

Que ce soit dans le parc immobilier ou dans le secteur de la mobilité, le potentiel d’économie d’énergie dépasse les 50%. De quoi réduire notre facture énergétique. La stratégie 2050 s’est retrouvée aujourd’hui au centre de la journée thématique consacrée ce mercredi à l’énergie. La consommation d’énergie en Suisse est de 25 milliards de francs par année, a rappelé Benoît Revaz, directeur de l’Office fédéral de l’énergie. Cette énergie est principalement d’origine fossile et importée, il y a donc un enjeu véritable à augmenter notre efficacité pour consommer moins et pour développer les sources renouvelables locales, pour produire sur notre territoire.»

En mai dernier, 58% des Suisses avaient dit «oui» à la nouvelle loi fédérale sur l’énergie (et 63% en Valais). Place maintenant à la mise en places de mesures: la loi entrera en vigueur le 1er janvier 2018.

 

«Le virage énergétique est l’affaire de tous, au niveau individuel comme au niveau communal», dit Joël Fournier, chef du Service de l’énergie

En mai, le Valais a dit «oui» au virage énergétique à plus de 60%. «Les objectifs fixés dans cette loi fédérale sont tellement ambitieux qu’il ne faut rater aucune occasion de bien faire, aussi bien quand on construit que lorsqu’on rénove ou que l’on choisit un véhicule. Les comportements de chacun doivent évoluer, pour soi-même ou dans une entreprise, une commune.»

La déclinaison de la loi fédérale au niveau du canton devrait arriver l’an prochain, voire en 2019. Les propositions iront vers un renforcement de l’isolation des bâtiments, de faire davantage usage aux énergies renouvelables plutôt que fossiles, peut-être avec une installation photovoltaïque sur son toit. La loi amènera aussi des interdictions. Des réflexions sont en cours pour savoir s’il faut assainir les chauffages électriques existants.

Trente millions de francs seront disponibles en 2018 pour l’assainissement des bâtiments (financement cantonal et fédéral).

 

Foire du Valais: hygiène, températures, stockage et manipulation de la nourriture sont passés au peigne fin par les inspecteurs

Les restaurants présents durant ces dix jours de Foire tournent à plein régime, mais restent sous la loupe des contrôleurs d’hygiène. Hygiène des mains, températures, stockage et manipulation des denrées alimentaires sont passés au peigne fin par les inspecteurs qui contrôle au moins une fois par édition chaque restaurant. Les échantillons sont analysés en laboratoire.

Protection des données et secret de fonction obligent, les résultats des analyses ne sont pas divulgués. Le service cantonal de la consommation et des affaires vétérinaires agit toutefois dans les 24 heures si des bactéries dangereuses pour le consommateur sont détectées. En attendant, vous pouvez continuer de vous rassasier tranquillement à la foire, les cas de contamination existent mais ils sont plutôt rares.

 

Chasse haute: le tir du gros gibier de montagne est en hausse par rapport aux années précédentes

Cerfs et chamois n’ont connu aucun répit lors de l’édition 2017 de la chasse haute. Le tir du gros gibier de montagne est en nette hausse par rapport aux années précédentes, notamment grâce à une météo favorable. Et c’est une excellente nouvelle pour le service de la chasse, comme l’indique Sébastien Roh, chef du secteur du Valais romand du Service de la chasse.

La chasse basse, soit le tir des chevreuils, a démarré hier mardi. Elle s’achèvera le 21 octobre prochain.

 

Champéry se mue en capitale du curling avec 38 équipes de tous pays qui disputent le Championnats du monde de curling mixte

Champéry s’apprête à vivre à l’heure du curling: dès vendredi et jusqu’au 14 octobre, place à la troisième édition des Championnats du monde de curling mixte. Une première pour la commune chablaisienne. Explications de Jacques Dussez, président du comité d’organisation du championnat.

 

«Personne ne doit plus se sentir exclu de l’Église catholique», dit Mgr Lovey, évêque de Sion

«Personne ne doit plus se sentir exclu de l’Église catholique, quelle que soit sa situation personnelle. Chacun est libre d’en sortir, mais tout être humain peut y être intégré»: c’est le message de Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion. Après deux ans de travaux, les évêques de Suisse et d’ailleurs se sont mis d’accord sur un message commun autour de thèmes comme le mariage, le couple ou la famille. L’Église catholique parle d’un accueil sans condition, également pour les personnes divorcées donc.

À noter, dans un autre registre, qu’une brochure a été publiée par le Diocèse de Sion devant servir aux personnes concernées par des cas d’abus sexuels dans le contexte ecclésial. Elle est disponible au format PDF.