LE JOURNAL du 08.01.2018

powered by
L’actualité du jour en bref et en images
  • Les vœux du Conseil d’Etat
  • Le Chablais se mobilise pour ses chemins de fer
  • Carnet noir: Sierre dit adieu à Victor Berclaz, ancien président
  • Ski alpin: six Valaisans ont leur ticket pour les JO de Pyeongchang
Terre des Hommes, Istok, Chez Paou, Moi pour toit: que réserve 2018 à ces associations valaisannes de bienfaisance?

Thématique du journal de ce lundi: les associations. Comment vivent-elles au jour le jour? On en discute avec Philippe Gex (directeur de Terre des Hommes), Serge Cleusix (président d’Istok), Jean-Yves Raymond (directeur de Chez Paou) et, Alexandre Masserey (Moi pour Toit).

Elles viennent en aide aux enfants d’Afrique, de Colombie ou encore de Biélorussie. Aide aux enfants, mais pas seulement: elles s’occupent également des adultes en difficulté. Elles, ce sont des associations, des fondations valaisannes qui ont un point commun évident: soulager les plus démunis, rendre le sourire à un enfant, une personne en difficulté. Pour cela, il faut de l’argent: quelques dizaines de milliers de francs pour Istok, 3 millions pour Terre des Hommes ou Chez Paou. Les subventions publiques – lorsqu’elles existent – ne suffisent pas et il faut alors solliciter la générosité des Valaisans.  Qu’est-ce qui motive nos invités? Comment boucler des fins de mois parfois difficiles?
Autant de questions abordées dans ce journal thématique.

 

Action sociale: un financement public de 105 millions de francs par année pour 63 associations et institutions valaisannes

Visite au service de l’action sociale. C’est ce service qui gère l’octroi de fonds publics aux associations et institutions du canton. Pour percevoir une aide, la règle est claire: il faut être établi en Valais et offrir des prestations à des personnes domiciliées dans le canton.

Le budget 2018 prévoit une enveloppe de 105 millions de francs qui seront répartis entre 63 associations et institutions valaisannes. Il existe deux types de financement: les aides ponctuelles et les mandats de prestation.

 

Terre des Hommes, Istok, Chez Paou, Moi pour toit: comment ces associations bouclent leur budget?

Les subventions cantonales apportent une partie des fonds, mais de loin pas la totalité pour accomplir leur action sociale. Comment ces associations trouvent-elles les fonds nécessaires à leur engagement sur le terrain? Les Valaisans sont-ils généreux en fin d’année? Quels risques pointent à l’horizon si les fonds ne sont pas réunis?

Réponse de Philippe Gex (directeur de Terre des Hommes), Serge Cleusix (président d’Istok), Jean-Yves Raymond (directeur de Chez Paou) et, Alexandre Masserey (Moi pour Toit).

 

Croix-Rouge Valais: l’association active notamment dans l’aide aux familles voit les dons diminuer

La Croix-Rouge Valais est membre de la Croix-Rouge Suisse, mais elle est indépendante, avec ses propres statuts. Elle gère les missions qu’elle s’est fixées. Le pôle migration ne constitue que 40% de son activité et est entièrement financé par l’État. C’est pour l’aide à la famille que des recherches de fonds sont effectuées (une aide qui concerne notamment la garde d’enfants lorsque les parents sont malades). Active au sein de la Croix Rouge depuis 26 ans, la directrice Marylène Moix constate une baisse des dons.

La Croix-Rouge Valais emploie 35 personnes à l’interne et environ 130 auxiliaires. 300 bénévoles lui apportent chaque année leur soutien.