LE JOURNAL du 10.01.2018

powered by
Difficile retour à la normale dans le Haut-Valais suite aux intempéries. Au Simplon, plus de deux mètres de neige sont tombés

Difficile retour à la normale dans Haut-Valais suite aux intempéries de ces derniers jours. Le col du Simplon est interdit de circulation alors que Zermatt et Saas Fee sont restés coupés du monde jusqu’en toute fin d’après-midi ce mercredi. Plus de 2 mètres de neige fraîche. Ces précipitations hors normes sont tombées dans la région du Simplon. Le col reste pour l’heure impraticable. Simplon Village est donc coupé du Valais, mais la vie suit son cours.

 

Un programme gouvernemental pour un Valais proactif: décryptage de la vision stratégique du Conseil d’Etat

Afin de donner un cap à la conduite à moyen et long terme de l’Etat et de son administration, le Conseil d’Etat valaisan se dote d’un programme gouvernemental qui reflète sa vision stratégique. Le Conseil d’Etat s’engage pour «un Valais proactif face aux évolutions de la société, qui croit en la formation, sait défendre ses intérêts, ose l’innovation et reste privilégié pour sa qualité de vie. Il s’engage pour offrir à la population les conditions nécessaires à son épanouissement et à son bien-être. Il entend contribuer au renforcement de la cohésion entre les régions, entre les générations et entre les différentes composantes culturelles et sociales de sa population.»
Comment développer le potentiel du Valais en misant sur ses atouts? Le Conseil d’Etat valaisan s’attaque à ce gros chantier. Il présente aujourd’hui un programme de gouvernement qui doit s’inscrire dans le long terme. Un programme de gouvernement et non pas un programme de législature, comme le précise le président du Conseil d’Etat Jacques Melly.

 

Sandra Moulin-Michellod remplace Benoît Bender au conseil municipal de Martigny

Sandra Moulin-Michellod est la nouvelle conseillère municipale de Martigny. La démocrate-chrétienne a été proclamée élue mardi par l’exécutif octodurien, quelques jours seulement après la démission de Benoît Bender. L’ancien candidat à la présidence de la cité d’Octodure, qui reste député au Grand Conseil, a en effet donné sa démission pour des raisons professionnelles.
Avec l’arrivée de Sandra Moulin-Michellod au 1er avril, la présence féminine se renforce au sein du conseil municipal de Martigny avec 4 représentantes sur les 9 élus.

 

 

De la fusion de Miège, Venthône et Veyras devrait naître la commune de Noble-Contrée, en 2021

Lancée en 2013, la fusion des communes de Miège, Venthône et Veyras fait son chemin. À cinq mois de la votation populaire, les trois présidents enthousiastes ont présenté ce matin le rapport de fusion. Objectif. Convaincre.
Différentes séances d’informations sont prévues et un site internet a été créé www.la-fusion.ch. Reste maintenant à savoir si la commune de Noble-Contrée verra bel et bien le jour le 1er janvier 2021: c’est aux citoyens de se prononcer.

 

Dans «Ma revue à nous», Frédéric Recrosio n’a pas épargné les politiciens valaisans…

Comment titiller sans blesser? Dans sa revue 2018, l’humoriste valaisan épingle les personnalités politiques du canton. «Je crois qu’un bon politicien doit toujours rigoler. Il doit montrer qu’il a un peu d’humour sur lui-même. Ils font quasiment tous d’ailleurs. Mais je ne sais pas s’ils adorent l’idée qu’on se les farcisse pendant deux minutes. Je ne ferais pas bien mon job si je les laissais tranquilles. Je crois que ça, c’est plus ou moins compris. Après, est-ce que tout le monde adore se faire épingler ? Je ne suis pas sûr…»
Vingt et une représentations, 7000 spectateurs, des heures de rire: la deuxième Revue de Frédéric Recrosio a cartonné. L’humoriste a passé au crible l’actualité de l’année écoulée pour en extraire le meilleur. Jeux olympiques, pollution au mercure, FC Sion, autoroute A9… tout y est passé.

 

La redevance Radio-TV: une arnaque, disent les partisans de l’initiative No Billag

À moins de deux mois du scrutin, les partisans de l’initiative ont présenté ce qu’il qualifie de plan B pour la SSR. En conférence de presse mardi, ils ont dénoncé la redevance qu’ils disent être une arnaque, comme l’explique Jean-François Rime, conseiller national UDC.