LE JOURNAL du 15.11.2017

powered by
Liaison avec l’Italie: les transporteurs routiers veulent plus de souplesse au col du Simplon. Le Canton met en avant la sécurité

Le col du Simplon est l’alternative pour les transporteurs qui vont en Italie, depuis la fermeture du tunnel du Grand-St-Bernard (dont la réouverture fin novembre n’est pas garantie, on parle plutôt de février 2018). Mais avec l’arrivée de la neige, les choses se compliquent: «Dès que le Simplon ferme à cause des chutes de neige, ce sont des heures d’attente. On est équipés avec des chaînes d’hiver à bord. On pourrait facilement monter parce qu’on connaît les routes mais on ne peut pas parce qu’ils ont décidé de fermer», témoigne Didier Thiébaud, chauffeur poids lourds.

Cette route appartient à la Confédération mais c’est le Canton qui se charge de l’entretenir. Sa priorité numéro un, c’est la sécurité. «Pour pouvoir déblayer la neige, explique Jean-Christophe Putallaz, adjoint au Service de la mobilité, il ne faut pas de véhicules en panne sur le tronçon. La fermeture intervient donc assez rapidement au début des chutes de neige pour éviter que l’axe soit encombré par des véhicules qui empêchent le déneigement et on le fait le plus rapidement possible.

 

Le Grand Conseil se dirige vers une révision de fond en comble de la Constitution. Reste à savoir qui s’en chargera

La Constitution valaisanne remonte à 1907. Faut-il la réviser de fond en comble? Et si oui, par une Constituante (assemblée élue tout exprès)? C’est un double oui à ces questions qui se dessine, après les premiers débats de ce mercredi au Grand Conseil.

 

Budget 2018 de l’Etat du Valais: le projet de Roberto Schmidt a reçu globalement un bon accueil

Le premier budget de la nouvelle équipe gouvernementale a été passé en revue ce matin au Parlement. Équilibré, le projet du ministre des finances Roberto Schmidt a reçu globalement un bon accueil, mais il n’a pas échappé pour autant aux questions et critiques.
Le budget passera son examen final en décembre.

 

À seize ans, le Valaisan Thomas Praz est le plus jeune étudiant de l’Université de Saint-Gall

Un jeune surdoué diagnostiqué à haut potentiel a réussi l’exploit de passer la maturité fédérale du gymnase en une année au lieu de quatre. Il était pourtant au bord du décrochage scolaire après la première année de collège à Sion, dans le cursus traditionnel. La solution du privé s’est alors présentée: Thomas Praz entre aux Buissonnets où il suit un apprentissage souple avec la possibilité de faire la maturité fédérale en deux ans au lieu de quatre. Mais là encore, ça ne va pas assez vite pour lui, il la fera en une année seulement.

On en parle dans LE JOURNAL avec Marie-Laurence Lamon, enseignante-ressource spécialisée dans le domaine des hauts potentiels.

 

La neige permet à plusieurs domaines skiables valaisans d’ouvrir partiellement ce week-end

Verbier, Champéry-Les Crosets, Anzère, Nendaz-Siviez, Veysonnaz, Thyon, Grimentz et Zinal, Crans-Montana: plusieurs stations ouvrent en partie leur domaine skiable ce week-end. Et les conditions de glisse sont bonnes, selon Philippe Magistretti, administrateur-délégué des remontées mécaniques de Crans-Montana.

 

Le réalisateur Claude Barras s’engage en faveur de Moi pour toit (qui lançait il y a un mois un appel au secours)

Le papa de Courgette, Claude Barras, vient à la rescousse de Moi pour toit, cette fondation valaisanne qui vient en aide aux enfants défavorisés de Colmobie. L’organisation fête ses 30 ans ce vendredi à Martigny lors d’une soirée de soutien. Moi pour toit a lancé un appel au secours, en raison de la grave crise financière dont elle souffre, en raison du recul des dons.

D’autres actions suivront. Comme des projections spéciales du film «Ma vie de Courgette» en Valais et en Colombie. Claude Barras a d’ailleurs prévu de s’y rendre en 2018.

 

Succès pour les premières olympiades inter-EMS valaisans à Martigny

Courses de rollators et autres joutes hors du commun ont réuni une soixantaine de personnes âgées concourent pour le titre de champion valaisan au CERM à Martigny, lors de la première édition des JO inter-EMS. Une manière d’inciter les seniors à être actifs pour solliciter leur équilibre, leur agilité et leur mobilité. Des pensionnaires de 17 EMS valaisans participent à cet événement sportif et ludique, à l’initiative de l’association Aîné’rgie.

 

Éducation sans préjugés: la lutte contre les stéréotypes se fait en famille comme à l’école. Visite dans une crèche à Nax

«La poupée de Timothée et le camion de Lison»: c’est le titre de la conférence proposée aux parents par l’Office cantonal de l’égalité et de la famille, jeudi soir 16 novembre à Sion. Objectif: prôner une éducation sans préjugés. Certains professionnels de la petite enfance ont suivi ces enseignements et en appliquent déjà les principes afin d’en finir avec les stéréotypes filles/garçons. C’est le cas dans la crèche de Nax.

Reportage puis interview dans LE JOURNAL d’Isabelle Darbellay Métrailler, cheffe de l’Office cantonal de l’égalité et de la famille.

Conférence jeudi 16 novembre à 18 h 30 dans le bâtiment de l’Association Valaisanne des Entrepreneurs, Rue de l’Avenir 11, 1950 Sion
Informations et inscription sur le site de l’Office cantonal de l’égalité et de la famille.