LE JOURNAL du 17.01.2019

powered by
http://canal9.ch/wp-content/uploads/2019.01.17-jou-secours.vtt
Lancée en 2017 en Valais, la matu professionnelle santé-social disparaît déjà: étudiants, parents et profs sont en colère et parlent de cafouillage

L’annonce de l’arrêt d’une des filières pour les étudiants qui se destinent aux Hautes Écoles dans le domaine santé-social a été un choc. En décembre 2018, le service de la formation professionnelle leur faisait savoir que leur toute nouvelle maturité professionnelle santé-social, lancée en 2017, allait disparaître, et les années déjà effectuées ne seraient pas officiellement reconnues. Pourquoi? Parce que leur formation a été mise sur pied avant même d’avoir obtenu les accréditations de Berne. Une semaine plus tard, revirement de situation. Face à la grogne des parents et des élèves, le Canton rétropédale: oui, cette formation de quatre ans, précieux sésame pour les Hautes Écoles, sera bel et bien supprimée, mais la quarantaine d’élèves concernés dans le Valais romand pourra la terminer, accréditations à l’appui cette fois-ci.

 

A peine levé et déjà au supermarché! En Valais, les magasins ouvrent toujours plus tôt. Va-t-on vers une ouverture 24/24?

Depuis le début du mois de janvier, un grand distributeur présent dans un centre commercial de Martigny ouvre ses portes dès 7 h 30. Les commerces de détails toujours plus nombreux à élargir leurs horaires en matinée. Une manière de lutter contre la concurrence. Cette flexibilité est-elle au détriment des employés? Ailleurs dans le monde, certaines enseignes sont ouvertes jour et nuit, est-ce que cela pourrait arriver en Suisse?
Patrons et syndicats ne partagent pas la même vision. Deux invités pour en débattre:
Marcel Delasoie et Blaise Carron, le premier est secrétaire général de la section valaisanne de l’USAM et député PLR, le second est secrétaire syndical d’UNIA Valais et député PS.

 

Bisbille autour des poubelles: Alternative pour Monthey suggère la désobéissance, mais les contrevenants s’exposent à des amendes

L’adoption de la taxe au sac créé des remous à Monthey. Pour certains groupements politiques, le nouveau règlement sur les déchets est inapplicable en raison de sa non-homologation par le canton. Ils en appellent donc à continuer à utiliser les anciens sacs noirs.

Pour le Canton, l’argument principal avancé par la formation politique chablaisienne ne tient pas. Si les règlements communaux ne sont effectifs qu’après homologation par le Conseil d’Etat, les communes peuvent les appliquer avec effet rétroactif, comme à Collombey-Muraz, où le règlement fut homologué deux semaines après son application effective. Ce sont donc bien les sacs blancs taxés que les Montheysans doivent désormais utiliser.

 

Les temps forts du jour en bref et en images
  • Le comité valaisan du Oui à l’initiative contre le mitage du territoire présente ses arguments
  • Naissance à Chippis d’un Centre de formation en technologie industrielle, en collaboration avec Constellium.
  • Un commerçant de Martigny propose à ses clients d’offrir une pizza à des personnes en situation précaire, selon le principe napolitain du «Café suspendu»

 

Slalom nocturne à Crans-Montana: une exhibition qui a plu au public et aux stars du cirque blanc

Crans-Montana organisait hier soir son premier slalom nocturne. Pas de points FIS à la clé mais un joli prix tout de même. Vainqueur, le jeune Français Clément Noël est ainsi reparti avec un chèque de 7000 francs. L’événement est appelé à perdurer. C’est en tout cas le vœu des organisateurs.