LE JOURNAL du 18.01.2018

powered by
TEST
No Billag: trois députés proposent un plan B pour sauver les médias valaisans

Sept francs par mois et par ménage valaisan, c’est la solution proposée par trois députés pour sauver les médias audiovisuels du Canton si No Billag devait être acceptée le 4 mars: Radio Chablais, Rhône FM, Radio Rottu et Canal9. Dans un postulat déposé au Grand Conseil, Jérôme Desmeules (UDC), Xavier Mottet (PLR) et Marcel Gaspoz (PDC) demandent au Conseil d’Etat de mettre en place un modèle de financement sur le modèle du consentement présumé. La contribution volontaire pourrait être perçue par l’administration fiscale ou les services industriels communaux. Les Valaisans qui ne souhaiteraient pas consommer ces médias devraient s’annoncer pour être exemptés de ce montant.
Pour le président du Gouvernement Jacques Melly, il ne faut pas réfléchir en termes de plan B mais refuser No Billag.

OCTOFER: une halle de 11’000 m2 pour les Transports Martigny et Région

L’entreprise Transports Martigny et Région SA a inauguré ce jeudi une halle de 11’000 mètres carrés dans la zone industrielle de Martigny, après 18 mois de travaux. Coût de l’opération: 18 millions de francs. Objectif: accroître le rayonnement en Suisse comme à l’international.

Le futur de l’hôpital de Viège se dessine au travers d’une étude de faisabilité

Un établissement médico-social (EMS) avec des appartements protégés pour des personnes avec un handicap, une crèche, le service médico-social, un cabinet médical de groupe ainsi que d’autres institutions pourraient s’implanter dans l’hôpital de Viège lorsque les travaux d’agrandissement et de rénovation du site de Brigue seront terminés. C’est ce qui ressort de l’étude de faisabilité commandée au bureau d’architecture Vomsattel und Wagner.
Cette réaffectation couvrirait des besoins communaux dans les domaines de la santé et du social. Comme ces missions ne sont plus directement du ressort cantonal, la propriété du bâtiment abritant l’hôpital de Viège pourrait être transférée. Les travaux de réaffectation sont prévus à l’horizon 2025 lorsque l’activité hospitalière de Viège aura été transférée à Brigue.

La Police cantonale a mis fin à un important trafic de cocaïne

L’enquête menée dès décembre 2016 par la section des stupéfiants de la Police cantonale a permis l’arrestation de onze trafiquants de cocaïne sévissant dans la région sierroise.
D’origine dominicaine, colombienne, portugaise et suisse, les trafiquants ont été dénoncés auprès du Ministère public du canton du Valais pour des ventes portant sur quelque 5 kg de cet alcaloïde. Dans le cadre de cette procédure, quarante-cinq consommateurs ont également été entendus et fait l’objet de dénonciations.

iTaste, local.ch, Google ou Tripadvisor: les restaurateurs se sentent pris en otage par les sites de notation

Il faut plusieurs années pour bâtir une réputation. Mais celle-ci peut être détruite en quelques secondes par un avis négatif sur internet. Les sites de notations sont devenus incontournables, pour le bonheur mais aussi le désespoir des acteurs du tourisme.
Restaurateurs et hôtelier se sentent pris au piège des sites de notations. Ils subissent les commentaires parfois violents des internautes. Et doivent payer pour une meilleure visibilité.
On en parle avec Natalie Sarrasin, professeure de marketing digital à la HES-SO Valais.

La pratique de l’ultraendurance est-elle bonne pour notre corps? La question est au cœur du Congrès de médecine de montagne

Ultraendurance et santé font-elles bon ménage ? C’est l’une des thématiques abordée aujourd’hui dans le cadre du congrès international de médecine de montagne de Champéry. Avec un nombre croissant de compétitions d’ultratrail, la médicalisation de ces courses doit également s’adapter aux problématiques de ces sportifs de l’extrême.

Au home St-Sylve, des clowns amènent de la bonne humeur. Des moments de partage appréciés

Émilie, Mamouche, Noisette, Paquerette et Marguerite enfilent leur costume pour les résidents du home St-Sylve une fois par mois. Ces cinq travailleuses sociales ont suivi une formation de clown de deux ans pour travailler en institution pour adultes. Leur rôle: amener de la joie et de la bonne humeur mais surtout une présence aux personnes qu’elles visitent.