LE JOURNAL du 25.09.2018

powered by

Johann Schneider-Ammann démissionnera en fin d’année. Les élus valaisans à Berne réagissent sur son bilan et sa succession
Le conseiller fédéral, Johann Schneider-Ammann, l’a annoncé aujourd’hui, mardi, il démissionnera en fin d’année. Les élus valaisans réagissent sur son bilan et son successeur. L’élection du nouveau conseiller fédéral devrait avoir lieu le 5 décembre prochain. Ses possibles successeurs sortent peu à peu du bois. La libérale-radicale, Karin Keller-Sutter, se profile pour remplacer l’actuel sage.

Seules voix discordantes du Valais romand, Liddes et Bourg-Saint-Pierre ont dit «non», dimanche dernier, à l’entrée du vélo dans la Constitution
Ce sont les deux seuls «non» du Valais romand. Les voisines, Liddes et Bourg-Saint-Pierre, ont décidé de mettre des bâtons dans les roues de la petite reine. Sorti des urnes dimanche dernier, ce refus, de 54,2% pour Bourg-Saint-Pierre et de 53,5% pour Liddes, renvoie à la difficile cohabitation entre voitures et vélos sur l’axe international du Grand-Saint-Bernard. Pour Gilbert Tornare, président de Bourg-Saint-Pierre, c’est la discipline des cyclistes qui est à améliorer pour permettre la fluidité du trafic.

Logement étudiant: Selma Jordan, Valaisanne étudiant à Lausanne, peine à trouver chaussure à son pied
L’heure de la rentrée a sonné pour les universitaires. Selma Jordan, étudiante en sciences du sport et de l’éducation physique, commence sa première année. Elle rejoint les quelques 4200 valaisans qui étudient hors du canton. Et comme beaucoup d’entre eux, elle peine à trouver un logement à proximité de son lieu de formation. Certaines universités, comme l’Université de Lausanne, soutiennent les étudiants dans leurs recherches en disposant par exemple de plateforme de logement sur laquelle des privés peuvent poster des annonces.

Aide à la formation: « Le Valais peut mieux faire! » s’exclame Jérémy Savioz, député Les Verts au Grand Conseil
Le Valais est classé juste avant Neuchâtel, lanterne rouge du classement intercantonal en matière d’aide à la formation. En 2018, 2900 jeunes Valaisans en bénéficient. L’enveloppe dédiée aux bourses est de 17,2 millions de francs, celle des prêts de 2,5 millions. Nos deux invités, Jérémy Savioz, député Les Verts au Grand Conseil et Julien Dubuis, député PLR et président de la Commission cantonale des bourses et prêts d’études, sont d’accord sur un point: le Valais peut en faire plus dans ce domaine.

Selon le président de la Commission cantonale des bourses et prêts d’études, Julien Dubuis: « Plus de la moitié des bénéficiaires de l’aide à la formation sont en secondaire II, en Valais. On est peut-être un peu trop généreux avec eux et on pourrait être plus généreux pour les étudiants qui font une formation tertiaire hors canton. Etant donné que nous n’avons pas d’université en Valais, nos étudiants doivent aller hors canton et cela a un coût.»

Constituante: le Parti socialiste et la gauche citoyenne, branche ouverte à la société civile, ont lancé leur campagne ce mardi matin
«Une vision d’avenir pour le Valais». C’est le slogan du Parti socialiste et de la gauche citoyenne, la branche ouverte à la société civile, qui lançaient, ce mardi matin, leur campagne à la Constituante. Une vision d’avenir déclinée en trois thèmes: le tourisme, l’éducation et la santé. Dans cette campagne, le PS met en pratique son cheval de bataille: sur les 76 candidats en lice, il y a 41 hommes et 35 femmes, soit une parité presque parfaite! L’élection des membres de la constituante aura lieu le 25 novembre prochain.

Ecole d’agriculture de Châteauneuf: des formations, dispensées à des immigrés valaisans, présentées à un groupe de réfugiés vaudois
L’école d’agriculture de Châteauneuf a reçu, ce mardi matin, un groupe de réfugiés établis dans le canton de Vaud. Objectif: leur présenter les formations en arboriculture, culture maraîchère, viticulture et sur les murs en pierres sèches dispensées en Valais, pour les personnes issues de l’immigration, accueillies dans notre canton. Une approche unique en Suisse romande, qui favorise l’insertion professionnelle des élèves une fois le cursus terminé et, ainsi, les sortir de l’aide sociale.

La révolte des abricots de 1953: des citoyens saxonains revalorisent un épisode de l’histoire agricole valaisanne
Le 7 août 1953 à Saxon, 5000 personnes se réunissaient pour protester contre un arrêté fédéral interdisant la cueillette des abricots avec à leur tête, une poignée d’agriculteurs, les fondateurs de l’Union des producteurs valaisans. Charly Nicolet et Roland Juilland en témoignent. D’ici l’été 2019, quelques Saxonains leur rendront hommage avec le concours de la Commune et du Musée de Saxon, en rappelant leur histoire au cours d’une journée didactique destinée aux jeunes générations et aux nouveaux arrivants.

La fasciathérapie, un soin appliqué aussi sur les chevaux. Exemple à Ayent avec Evelyne Balet et son Franche-Montagne
Suzanne Maibach soigne les chevaux grâce à la fasciathérapie. Par un toucher particulier et des exercices de rééducation, elle détend les fascias: un réseau de tissus conjonctifs, présent dans tout l’organisme, qui se charge, entre autres, d’absorber les chocs et de les répartir. Aux écuries du Tzaö à Ayent, Evelyne Balet, a décidé d’appliquer ce soin encore méconnu à son cheval, Esperado: «Depuis que Suzanne le suit, il est devenu nettement plus coopératif, et puis je trouve qu’il y a une belle et douce complicité entre nous».