Le lac du Rosel, la nappe à ciel ouvert (05.07.2017)

Logo Infomaniak

Pascal Tissières, président du Musée des Sciences de la Terre à Martigny et géologue, nous explique comment le lac du Rosel de Martigny s’est formé il y a quelques décennies avec l’extraction de gravier. Il en existait une dizaine en Valais, dont une partie ont été remblayées. D’autres sont encore visibles comme le lac des Îles à Sion. En 1998, une ordonnance sur la protection des eaux, émanant de la Confédération, interdit toute extraction de gravier de la nappe phréatique. Elle est visible, ici, avec ce lac d’une profondeur de 25 mètres. Il faut savoir qu’en été, la nappe est plus haute qu’en hiver, car c’est le Rhône qui l’alimente. Si Rhône 3 viendrait à être accepté, le niveau du lac baisserait encore d’environ deux mètres. La mousse blanche que l’on voit aux abords de l’eau est un signe de pollution. Le taux de nitrates est probablement trop élevé dans cette gouille. Il peut atteindre 90 mg par litre, ce qui est au-dessus des normes.