Le nouveau gouvernement est entré en fonction ce 1er mai 2017. Il a quatre ans pour faire ses preuves

Le nouveau Conseil d’Etat est sur les rails depuis ce lundi 1er mai 2017. Les trois nouveaux élus – Frédéric Favre, Christophe Darbellay et Roberto Schmidt – ont pris leurs fonctions ce matin à l’occasion de la séance constitutive du Conseil d’Etat, sous la présidence de Jacques Melly.

Nouvelles têtes, départements remaniés et changement de présidence… Le Conseil d’Etat millésime 2017 part sur de nouvelles bases. Trois nouveaux élus font leur entrée. «J’imagine que ça a été la même chose lorsque nous sommes entrés au Conseil d’Etat, dit le président Jacques Melly, nous étions également trois nouveaux et je peux ressentir aujourd’hui ce qu’ont dû ressentir nos collègues lorsque nous sommes arrivés. Il y a toujours une nouvelle dynamique, il y a beaucoup de changements, des ambitions, des engagements. Je me réjouis de voir de quelle façon ces quatre prochaines années vont être à la hauteur des attentes de chacun.»

Après la séance photo terminée, place au travail. Et un premier déplacement pour le chef du département de l’Économie et de la Formation, à Monthey: «J’ai souhaité deux choses en fait: le rapprochement entre la formation et l’économie et rester très proche des entreprises et du terrain. Donc cet après-midi, je visite le site industriel et chimique de Monthey en rencontrant les quatre directeurs du site et, ensuite, je vais là où j’ai fait toutes mes classes primaires, à Conthey», déclare Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation.

Première conférence de presse pour Frédéric Favre. Le libéral-radical a apporté son soutien à la stratégie énergétique 2050 soumise en votation le 21 mai prochain: «C’est important, je l’ai dit à beaucoup de reprises: tout ce qui a trait à l’écologie, la durabilité est important. Il y a eu aujourd’hui cette possibilité de se mettre en avant pour pousser cette votation vers le oui, je crois que c’est aussi mon rôle», affirme le chef du Département de la sécurité, des institutions et du sport.

Travail sur le terrain et surtout premières rencontres avec les États-Majors. Les proches collaborateurs de Roberto Schmidt se souviendront de ce moment. «Ce sont eux qui vont diriger ce département. Au niveau opérationnel, ce sont leurs tâches, moi je prends la responsabilité. On va être une équipe. J’ai aussi distribué à chacun un pain de seigle d’Erschmatt: c’est très important, comme dans une grande famille, de partager le pain, les soucis, les problèmes et les succès», estime Roberto Schmidt, chef du département des finances et de l’énergie.

Ce nouveau gouvernement a quatre ans pour faire ses preuves. Tout premier bilan dans 100 jours!

 


Tags assigned to this article:
CANTONALES 2017