Les tant redoutées chenilles processionnaires sont déjà là! Pourquoi si tôt? Quels dangers?

Le printemps venu, les chenilles processionnaires du pin descendent de leur arbre à la recherche d’un bout de terre pour s’y transformer en chrysalide. Cette parade en fil indienne fait toujours son effet. Et davantage encore cette année 2016 où elles sont particulièrement précoces. Une situation qualifiée d’exceptionnelle par les professionnels, qui estiment l’avance à un mois et demi sur le cycle habituel. En cause: la météo.

Analyse de ce phénomène avec Sonja Gerber, biologiste, dans LE JOURNAL.

Rappelons que ces larves poilues sont un danger pour l’homme et surtout pour les chiens (qui peuvent en mourir). Les poils de ces chenilles sont très fortement urticants, c’est-à-dire qu’ils provoquent des réactions sur la peau lorsqu’on les touche. Si un animal devait être touché, il faut l’emmener au plus vite chez le vétérinaire.

En Valais, elles peuvent être présentes jusqu’à l’altitude de 1400 mètres.

Si votre chemin devait croiser des chenilles en fil indienne, un réflexe, un seul: gardez vos distances!