Ligne THT: Mathias Reynard demande l’arrêt des travaux et dénonce «l’amateurisme de Swissgrid». Une interpellation est déposée à Berne

powered by

Le conseiller national socialiste Mathias Reynard dénonce «l’amateurisme de Swissgrid». Il parle de dossier pourri, construit sans connaissance du Valais et prend pour preuve le rapport du géologue cantonal rendu public il y a une semaine, dossier qu’il qualifie de bombe. Dans sont rapport, le géologue se prononce sur la question des dangers naturels menaçant certains pylônes sur le tracé aérien approuvé par le Tribunal fédéral.

«Il faut absolument ne pas construire cette ligne à très haute tension tant que le dossier n’est pas résolu, ce serait inacceptable!», dit Mathias Reynard, président de l’association Haute Tension sous Terre.

A Berne, le conseiller national a réuni autour de son interpellation les autres parlementaires valaisans à Berne. Ils posent ces trois questions au Conseil fédéral:

  1. Le Conseil fédéral considère-t-il que le projet est toujours définitif dans sa version actuelle?
  2. Est-il acceptable de démarrer des travaux avant que la procédure de planification de détail ne soit terminée?
  3. La détermination du géologue cantonal sera-t-elle respectée?

Le 7 juin, l’association THT sous terre avait envoyé une missive au Conseil d’Etat lui demandant d’intervenir pour bloquer les travaux de construction de la ligne Chamoson-Chippis tant que plusieurs points mentionnés dans les charges de l’autorisation de construire ne sont pas réglés: pylônes en zone de danger rouge, pylônes en conflit avec Rhône3, croisement avec les téléphériques,… Interrogé par Canal9, le conseiller d’Etat Roberto Schmidt a répondu que le gouvernement valaisan n’a aucune compétence pour bloquer les travaux: il nous a précisé que c’est du ressort des autorités fédérales.

Sur le même sujet:

► Interview du géologue cantonal valaisan dans LE JOURNAL semaine passée

► Rapport du géologue cantonal concernant l’emplacement de certains pylônes du tracé aérien autorisé par le Tribunal fédéral

► Communiqué de presse du Gouvernement valaisan à propos de du déplacement de certains pylônes de la future ligne 380 kV Chamoson-Chippis dans la région de Grône

 

Texte de l’interpellation:

Swissgrid a annoncé en janvier le début des travaux de la ligne THT Chamoson-Chippis. Il s’agit d’établir la procédure de planification de détail.Ce dossier, mis à l’enquête public en 2002, a bénéficié d’une exception et n’a pas été soumis à l’obligation d’établissement d’un PSE. Cela contribue aux problématiques actuelles. Des éléments nouveaux, qui n’avaient pas été portés à la connaissance des autorités concernées, apparaissent dans le cadre de la planification de détail. Le rapport du géologue cantonal (1er juin 2018) révèle que de nombreux pylônes ne peuvent être construits en l’état, pour diverses raisons (zone rouge liée à l’instabilité de terrain, zone rouge de dangers hydrologiques,…).

Le rapport du géologue cantonal arrive à la conclusion suivante:«Dès l’approbation des plans du 19.01.15 délivrée par l’OFEN à Swissgrid, nous avons multiplié les contacts avec Swissgrid et Alpiq pour obtenir les informations de terrain minimales permettant de répondre aux déterminations exigées par le document d’approbation et donner notre avis sur des points pour lesquels nous sommes censés être écoutés. Pour ce qui concerne les glissements de terrain, des mesures inclinométriques et géodésiques sur au moins 3 ans sont une exigence minimale pour permettre une évaluation objective des mesures à prendre. A l’heure actuelle ces informations sont toujours inexistantes : aucune mesure de terrain n’a été effectuée, à l’exception de celle liées à la construction du pylône 2-Chandoline. Il faut donc craindre que notre détermination doive attendre encore 3 ans avant de pouvoir être formulées. Nos investigations ont également mis en évidence le fait que l’emplacement de nombreux pylônes est menacé par des aléas de dangers géologiques et hydrologiques contre lesquels des protections sont très difficiles, voire impossibles à mettre en place. Enfin, certains d’entre eux se trouvent dans des périmètres de danger élevé et, selon les règles fédérales et cantonales en vigueur, leur construction ne devrait pas être autorisée.»

Vu ce qui précède, je prie le Conseil fédéral de répondre aux questions suivantes:

  1. Le Conseil fédéral considère-t-il que le projet est toujours définitif dans sa version actuelle ?
  2. Est-il acceptable de démarrer des travaux avant que la procédure de planification de détail ne soit terminée
  3. La détermination du géologue cantonal sera-t-elle respectée ?

Tags assigned to this article:
ENERGIELIGNE THT