Loi sur les jeux d’argent votée le 10 juin: face-à-face entre Jean-René Fournier et Mathieu Couturier

powered by

La loi sur les jeux d’argent est la mise en œuvre de l’article constitutionnel voté par le peuple en mars 2012 à près de 87%. Au cœur de cet article, on trouve la protection contre la dépendance et le soutien financier à des buts d’utilité publique.

La loi soumise en votation le 10 juin étend les règles suisses au domaine du numérique.

Actuellement la confédération distribue 21 concessions. Seuls ces opérateurs peuvent pratiquer les jeux d’argent. Ils ont rapporté 689 millions à la confédération en 2016, essentiellement à l’AVS.

Si la loi est acceptée, les opérateurs étrangers seront bloqués sous prétexte qu’ils ne contribuent ni à l’AVS, ni à des buts d’utilité publique. D’après l’office fédéral de la justice, ce sont ainsi 250 millions qui quittent chaque année le pays.

Pour les partisans, il est essentiel que cet argent reste en Suisse et contribue, comme la loterie romande, au bien public.

Cette mesure, qualifiée de censure, a soulevé contre elle une coalition hétéroclite de jeunesse de parti, de gauche comme de droite et de défenseurs de la liberté sur internet.

À Berne, Les états l’ont acceptée par 43 voix contre une. Au National, les deux tiers des Conseillers ont dit oui. Elle a été rejetée plus fortement à droite, même si aucun parti n’a fait bloc contre elle.

Face-à-face entre Jean-René Fournier (conseiller aux Etats, président de la Loterie romande) et Mathieu Couturier (responsable de la campagne pour les Jeunes PLR valaisans).


Tags assigned to this article:
VOTATIONS