«Oui, le projet de candidature aux JO Sion 2026 mérite qu’on l’accompagne», dit Guy Parmelin. Interview

powered by

Aux yeux du Conseil fédéral, l’organisation de Jeux olympiques d’hiver en Suisse représente une grande chance pour le sport, l’économie et la société. Il soutient par conséquent le projet « Sion 2026 ». Lors de sa séance du 18 octobre 2017, il a fixé le cadre général du soutien de la Confédération, qui contribuera à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2026 jusqu’à hauteur d’un milliard de francs environ. Interview du conseiller fédéral Guy Parmelin.

Au début du mois d’août 2017, le comité olympique suisse (Swiss Olympic) a sollicité le soutien de la Confédération pour la candidature «Sion 2026» et l’organisation de Jeux olympiques et paralympiques d’hiver en 2026 en Suisse. Les documents transmis par le comité de candidature «Sion 2026» ont été analysés par l’Office fédéral du sport (OFSPO) et le groupe de travail interdépartemental institué par le Conseil fédéral en décembre 2016.

Utiliser les infrastructures existantes et soutenir le développement économique

Lors de sa séance du 18 octobre 2017, le Conseil fédéral a pris connaissance de l’état actuel des travaux et s’est déclaré favorable au projet de l’association «Sion 2026». Il se réjouit particulièrement des efforts entrepris et est convaincu que l’organisation de Jeux olympiques d’hiver en Suisse représentera une grande chance pour le sport, l’économie et la société. Sa décision a notamment été motivée par la volonté des organisateurs du projet « Sion 2026 » de s’appuyer autant que possible sur des infrastructures existantes et d’organiser les Jeux en respectant les principes du développement durable. La décentralisation géographique du projet s’inscrit dans cette logique : les sites des compétitions seront répartis dans différents cantons et aisément accessibles en transports publics. Pour le Conseil fédéral, ces Jeux devraient également avoir des répercussions positives sur la cohésion nationale et le développement économique du pays, notamment dans les régions de montagne.

Compte tenu des informations disponibles et du budget de l’association « Sion 2026 », le Conseil fédéral a approuvé l’étude de la faisabilité technique et financière de cet évènement d’ampleur. Le budget prévisionnel, révisé par des experts indépendants de l’entreprise PwC Suisse, rappelle qu’une manifestation d’une telle importance ne pourrait se tenir sans soutien public.

Le Conseil fédéral a fixé les montants maximaux pour la contribution de la Confédération au projet (ces montants sont indexés sur la base de l’indice suisse des prix à la consommation, état en septembre 2017, sans prise en compte des conséquences fiscales) :

  • 8 millions pour le budget de candidature, que les organisateurs évaluent à 25 millions de francs;
  • 827 millions de francs pour le budget lié à l’organisation des jeux, pour lequel les organisateurs prévoient des dépenses de 1,98 milliard de francs et des recettes de 1,15 milliard de francs. Le DDPS a été chargé de clarifier, lors de la préparation du message, la façon d’assurer la limitation de cette garantie de déficit;
  • 31 millions de francs pour les infrastructures dédiées spécifiquement aux Jeux olympiques, pour lesquelles les organisateurs prévoient un montant total de 100 millions de francs, ces investissements servant surtout à adapter les installations existantes aux exigences liées aux Jeux;
  • 20 % des coûts supportés par les forces de police cantonales pour la sécurité dans l’espace public, soit 44 millions de francs selon les estimations actuelles, auxquels il convient d’ajouter 85 millions de francs pour les charges supplémentaires assumées par les organes de sécurité de la Confédération; les coûts totaux de la sécurité dans l’espace public devraient s’élever à 303 millions de francs.

Par conséquent, les montants maximaux pour la contribution de la Confédération totalisent 995 millions de francs.

Soutien de la population

Le Conseil fédéral est d’avis que le succès du projet dépend du soutien de la population. La participation de la Confédération est donc liée à l’approbation du Parlement et, le cas échéant, de la population des cantons concernés. En cas de rejet par un canton, d’autres lieux d’organisation pourront entrer en ligne de compte.

Le Conseil fédéral a chargé le DDPS d’élaborer un projet qui sera mis en consultation d’ici la fin de l’année. Le DDPS a également été chargé, en prévision d’un futur message au Parlement, de définir les conditions du soutien de la Confédération, à savoir un héritage durable pour la Suisse et une représentation appropriée des instances fédérales et cantonales au sein du comité «Sion 2026».


Tags assigned to this article:
JO