OUNA DZORNÉA U MAËN

powered by

Une journée au mayen et ses tâches quotidiennes, « c’était pénible parfois mais que l’on dormait bien la nuit ! » Racontée par Jean-Pierre Fournier en patois de Nendaz.