Piyo fréhâ. Une chanson en patois d’Hérémence

(Chalet bien connu dans les mayens d’Hérémence, qui possède un toit très pentu)

“J’ai vu passer un beau garçon, Nicolas de Jean de Zan’non. Tant qu’il a pu, il m’a regardée.  J’ai eu honte, il était sale mon tablier. Il m’a dit « Je viens de Pralong, je suis vacher à Mandelon »…”

Une chanson de Joël Nendaz en patois d’Hérémence.