Piyo fréhâ. Une chanson en patois d’Hérémence

powered by

(Chalet bien connu dans les mayens d’Hérémence, qui possède un toit très pentu)

« J’ai vu passer un beau garçon, Nicolas de Jean de Zan’non. Tant qu’il a pu, il m’a regardée.  J’ai eu honte, il était sale mon tablier. Il m’a dit « Je viens de Pralong, je suis vacher à Mandelon »… »

Une chanson de Joël Nendaz en patois d’Hérémence.