Sans «Le Matin», les habitudes à l’heure du café ont changé. Dans les bistrots et les kiosques, on regrette le quotidien orange

powered by

Près de deux mois après la disparition du Matin, quel est l’impact pour les commerçants et lecteurs de l’ex quotidien orange? Nous sommes allés prendre la température dans les kiosques et cafés du canton.

Quand un journal disparaît, c’est une dynamique sociale qui se brise. Ilda Simoes tient le kiosque d’Octodure sur la place centrale de Martigny. Avant la disparition du Matin, elle livrait les commerces environnants au numéro.

La disparition du quotidien romand représente un gros manque à gagner pour les kiosques, mais une facture en moins pour l’ensemble des cafés romands abonnés au Matin. Pourtant, eux aussi regrettent la disparition du titre.