Sécheresse: le manque d’eau chronique met en danger les forêts valaisannes. Et les pluies du week-end ne suffiront pas

powered by

Il n’a pas assez plu durant l’année hydrologique écoulée. Un manque d’eau chronique particulièrement destructeur pour les forêts du canton. Il manque par exemple 16% de précipitations à Sion en comparaison avec la moyenne des 30 dernières années. Le chiffre est de -25% à Monthey, et même -42% à Grächen.

Ces carences en eau ne sont pas sans conséquences sur la nature. Principale victime, la forêt. Plusieurs espèces d’arbres sont menacées ou ont déjà disparu. La section forêts de l’Etat du Valais s’active pour tenter de contrer l’impact du réchauffement climatique.

Et les forêts devraient continuer à souffrir. Les pluies annoncées ce week-end ne suffiront pas. Il faudrait au moins plusieurs semaines de précipitations régulières pour en partie combler ce manque d’eau.

Le manque d’eau touche particulièrement les pins. En Valais, plus de 3000 hectares de pinède sont atteints à des degrés divers. Des arbres morts, victimes de pullulations inhabituelles d’insectes ou d’attaques de champignons: un phénomène de plus en plus fréquent qui inquiète les professionnels de la forêt.

«Avec les derniers étés assez chauds, on a eu une pullulation de ces bostryches. Depuis quelques années on a pas mal de dépérissements, notamment dans le pin sylvestre comme ceux derrière nous. On a effectivement de plus en plus d’arbres qui meurent». déclare Christophe Abbet, garde-forestier.

Reportage en forte puis interview dans LE JOURNAL de Jean-Christophe Clivaz, chef de la section Forêt du canton du Valais.