Sion 2026: réactions de Frédéric Favre et Hans Stöckli suite aux révélations à propos des surcoûts de sécurité dissimulés par les autorités bernoises

powered by

Nouvelle polémique autour des Jeux olympiques 2026: selon la presse alémanique, le budget de la sécurité dans le canton de Berne a été sous-évalué. Les autorités bernoises auraient même voulu cacher ce surcoût jusqu’à la votation du 10 juin en Valais.

L’affaire est dévoilée par la Sonntagszeitung, qui parle de «révélations explosives». Le canton de Berne avançait jusqu’à présent le montant de 10 millions de francs pour assurer la sécurité des Jeux sur le territoire cantonal.

En réalité, ce chiffre aurait été revu à la hausse et atteindrait désormais plus du double: entre 20 et 30 millions de francs. Ce calcul aurait été évoqué lors d’une rencontre entre le Conseil d’Etat bernois in corpore, et les deux députés bernois au Conseil des Etats, dont Hans Stöckli, qui est également vice-président de la candidature Sion 2026.

Le journal va encore plus loin et affirme que les autorités ont voulu, lors de cette rencontre, dissimuler ces surcoûts jusqu’au vote valaisan du 10 juin. Des accusations graves, selon Hans Stöckli, qui réfute totalement.

Doutes sur le budget valaisan de sécurité?
Berne est en train de revoir son calcul de manière plus précise, puisque le canton pourrait voter sur les Jeux en février 2019. Mais les chiffres valaisans sont-ils plus précis? Selon Frédéric Favre, oui. Le Canton du Valais a budgété des frais de sécurité à hauteur de 40 millions de francs, incluant une marge capable d’absorber d’éventuels surcoûts.


Tags assigned to this article:
JO