Une plaque minéralogique à 160’100 francs acquise pour dénoncer un conflit avec le Service des routes

L’acquisition pour 160’100 francs de la plaque VS 1 fait parler d’elle dans tout le canton. En cause: son nouveau propriétaire, Otto Ruppen, souhaite par cet acte dénoncer un conflit qui dure avec le Service des routes de l’Etat du Valais. Vincent Pellissier, chef de service donne sa version des faits.

Otto Ruppen gère une entreprise familiale de béton à Stalden. Il a déboursé 160 100 francs pour la plaque VS 1 et n’entend pas circuler avec.

“Je n’en ai pas besoin. Je gère une entreprise et le canton nous torture depuis des années pour quelques mètres carrés.” Le canton veut installer un silo à sel pour le service hivernal. Ces travaux mettraient en péril l’usine d’Otto Ruppen. Il proteste pour que la construction se fasse sur un autre terrain de l’Etat.

Une conciliation a eu lieu avec le Service cantonal des routes et des cours d’eau. “Ils m’ont dit que si je ne retirais pas le recours, ils élargiraient la route, pour qu’on ne puisse plus passer avec les voitures. Cela nous empêcherait d’alimenter l’aménagement en béton avec du matériel.” Une menace contestée par Vincent Pellissier, chef du Service des routes: “Il utilise des terrains du canton sans payer de location. On a besoin de ces espaces pour pouvoir travailler de manière correcte. Cela fait des années que l’on essaie de trouver une solution à l’amiable. Le fait qu’il paie des impôts ne lui permet pas de faire n’importe quoi.”

Un accord qui semble compromis. “Soit l’Etat nous reconnaît comme entrepreneur, contribuable et accepte de nous vendre le terrain et construit son silo ailleurs. Soit je ferme mon entreprise et cherche le bonheur ailleurs. Dans ce cas, ce silo à sel sera installé ici et utilisé seulement 25 jours par an.” – Otto Ruppen déposera la plaque en mémorial sur le lieu de construction du silo.