Walliwood saison 5 élit la présidente du Valais. Les équipes candidates ont été coachées par des vrais politiciens

Logo Infomaniak

La finale de Walliwood saison 5 sera diffusée jeudi sur Canal 9. C’est le point finale de plusieurs mois de travail pour les jeunes des Écoles de commerce et culture générale qui participent à ce concours. La thématique 2017: élire la présidente du Valais. La présidente se fait élire en fonction de son programme pour les jeunes et le bilinguisme.
Durant cette aventure, les trois partis créés pour le concours ont été coachés par de jeunes politiciens. Ils ont débattu avec eux.

Pour en parler, un invité: Jonathan Darbellay, député suppléant. C’est l’occasion d’évoquer aussi la question de la relève et des jeunes dans la politique.

 

Jonathan Darbellay, vous avez participé à un débat avec ces jeunes. Vous les avez trouvé comment?

J’étais content, car ils étaient motivés et dynamiques. Ils avaient bien travaillé leurs sujets. Pendant le débat, ils étaient dynamiques et avaient du répondant.

Votre rôle durant le débat était de les challenger?

Oui. Il ne fallait pas être d’accord avec eux, cela aurait été trop facile. Il fallait les provoquer un peu. Il y avait du répondant. L’exercice était bien réussi.

Chaque groupe a sa proposition pour favoriser les échanges entre le Haut et le Bas-Valais. Quel regard vous portez sur ces idées?

C’est intéressant. Leurs idées sont réalisables et ont été travaillées. Elles pourraient être à l’ordre du jour.

La participation à une telle émission vous aurez plu?

Oui. Cette émission leur a beaucoup apporté. On se met dans la peau d’un politique ce qui est une bonne expérience. On apprend aussi à connaître le monde des médias. Il n’est pas facile à aborder. Ils ont pu travailler sur des sujets précis. Ils n’étaient plus que spectateurs du sujet, mais acteurs.

Est-ce une bonne idée pour favoriser l’engagement citoyen des jeunes avant leur majorité?

C’était le but de l’émission. On manque de jeunes en politique. Ils ont pu découvrir ce que c’était d’être politicien. L’exercice a été réussi. L’émission va passer sur Canal9, ce qui peut susciter des vocations.

Quels conseils donneriez-vous à ces jeunes s’ils avaient envie de continuer dans ce monde?

Je vois dans quelle position ils peuvent se mettre. Ce n’est pas un milieu facile. Cela paraît compliqué dans un premier temps, mais quand on est dedans, on apprend sur le tard. Il y a les jeunesses des partis qui sont là pour accompagner les nouveaux. Pour les jeunes qui n’ont pas envie de faire partie de cette dynamique de partis, ils peuvent entrer dans des associations. On a besoin d’eux pour construire le Valais de demain.


Tags assigned to this article:
WALLIWOOD