Workaholism: obsédé du travail

Le travail est bénéfique pour la santé. Il structure nos journées, nous procure un sentiment d’identité. Il peut être une passion s’équilibrant harmonieusement avec les loisirs, la famille. Il peut devenir obsession aussi, impliquant alors une perte de contrôle, un besoin de travailler coûte que coûte, sans réelle satisfaction. Le travailleur s’épuise, physiquement et psychologiquement.

La dépendance au travail – ou workaholism – est un phénomène méconnu et difficile à identifier. L’ANTIDOTE a rencontré des gens qui ont subi les conséquences de cette addiction. Et aussi des cadres qui travaillent avec un rythme effréné et qui ont voulu poser des limites pour se protéger. Des spécialistes de la question s’expriment aussi.