A l’heure des élections, la règle d’or est celle de la concision. Mais avec quelles conséquences?

powered by
https://canal9.ch/wp-content/uploads/Pépites-campagne-.fr_FR-1.vtt

Au pays des allocutions électorales, les meilleures sont les plus courtes. Cette règle de la concision pèse de tout son poids sur les communications politiques faites dans les médias comme sur les réseaux sociaux. Mais avec quelles conséquences? Spécialiste en communication politique, Jean-Henri Francfort pose un constat alarmant.

Comme les poissons rouges ayant 5 secondes de capacité de mémorisation quand ils tournent dans leur bocal, ceux qui sont tout le temps le nez sur le téléphone portable en ont 7: c’est ça la génération poisson rouge. Il ne faut pas oublier que les réseaux sociaux sont bombardés de milliers de minutes chaque jour, de nouvelles images, de nouvelles vidéos… Ce qu’ils cherchent, comme tout le monde dans la publicité politique, c’est d’être médiatisé au maximum. 

Retenir programmes et idées relève alors du défi, surtout sans capacité de vérifier ce que disent les candidats, qui n’ont pas le temps de citer leurs sources et partent au plus pressé. Pour le fondateur de Francfort Communication à Lausanne, 

C’est là où les réseaux sociaux jouent un rôle absolument effrayant. C’est qu’il n’y a pas de contrôle, contrairement à ce que vous faites en tant que journaliste, il n’y a pas de contrôle des sources. Alors on diffuse, diffuse, diffuse. Il y a des fake news absolument faramineuses.

Si l’environnement médiatique actuel pousse les candidats aux élections toujours plus loin dans cette règle de la concision. Les électeurs et électrices, à l’inverse, sont dans l’obligation de prendre de plus en plus de temps dans leurs choix démocratique.


Tags assigned to this article:
ELECTIONS FEDERALES 2019