Coronavirus: la Police met en garde contre les arnaques

Avec cette période de crise, des personnes malveillantes en profitent pour abuser de la détresse des citoyennes et citoyens. Voici la liste des méfaits relevés par la Police cantonale du Valais.

Faux E-Mail/Phishing
De faux e-mails au nom de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) circulent. En ouvrant le fichier joint ou en récupérant le lien, un logiciel malveillant s’installe sur votre ordinateur sans être remarqué.

Arnaques au téléphone
D’autres arnaques passent actuellement par des appels téléphoniques. Les malfrats se prétendent médecins ou membres de diverses autorités. Lors de la conversation,
ils tentent de vous persuader de fournir de l’argent pour le traitement d’un parent ou d’une connaissance. L’argent est ensuite recueilli par un soi-disant travailleur de la
santé, les victimes étant invitées à le déposer à un endroit précis. D’autres s’intéressent aux éventuels contacts avec des personnes infectées et
posent, en toute décontraction, des questions liées aux données bancaires et de paiement.

Online-Shop
Les « Fake Shops» proposent quant à eux des produits médicaux (par exemple, des désinfectants, des masques de protection, des thermomètres ou des tests rapides
pour le Corona) qui ne sont plus ou difficilement disponibles dans les magasins. Cependant, malgré le paiement, les marchandises ne sont jamais livrées. La police recommande d’être particulièrement attentif et critique lors de contacts ou d’offres sur Internet, ainsi que lors d’appels téléphoniques en lien avec le Coronavirus.
Voici comment vous protéger au mieux :

– Ignorez et supprimez les e-mails suspects dont le contenu est supposé être lié au Coronavirus. N’ouvrez pas les pièces jointes et ne cliquez pas sur les liens.

– Soyez méfiant lors d’appel téléphonique et n’acceptez pas les demandes d’argent. Après un tel appel, renseignez-vous auprès votre famille ou d’une personne de confiance.

– Avant de commander en ligne, renseignez-vous sur le fournisseur. Si, par exemple, aucune condition générale ou mention d’impression n’y figure, ou alors si les détails des conditions de paiement manquent, cela indique fortement des offres douteuses ou frauduleuses. Connectez-vous également sur les sites officiels des boutiques en ligne correspondants, car bien souvent ceux-ci ont déjà publié des avertissements.
– En cas de questions, de soupçons ou de doutes, adressez-vous directement à
votre police.