Examens de fin d’apprentissage: solution trouvée

La Confédération, les cantons et les partenaires sociaux se sont mis d’accord lors d’un sommet national extraordinaire de la formation professionnelle sur une solution concertée à l’échelle nationale permettant aux apprentis en dernière année d’obtenir leur CFC ou leur AFP malgré les circonstances particulières.

Pour l’évaluation du travail pratique, une variante réalisable dans toutes les régions est choisie pour chaque formation professionnelle initiale. Pour l’évaluation des connaissances professionnelles et de la culture générale, il n’y a pas d’examen. Les notes prises en compte sont respectivement la note d’expérience et la note d’école. Garantir la santé et la sécurité de tous reste la priorité absolue.

Le Département de l’économie, de la formation et de la recherche communique:

  • Travail pratique : dans toutes les professions, l’évaluation passe par un examen pratique ou une évaluation des prestations pratiques par l’entreprise formatrice. L’organisation du monde du travail (Ortra) responsable d’une profession ou d’un champ professionnel propose la variante qu’elle a choisie pour la mise sur pied d’une procédure réalisable dans toute la Suisse. Elle indique également de quelle manière les mesures de protection recommandées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) peuvent être appliquées. La proposition de l’Ortra est examinée par un groupe d’experts mis en place par les cantons et soumise à l’approbation du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI). Si un canton n’est pas en mesure, en raison de la situation épidémiologique, d’organiser l’examen pratique pour une formation professionnelle initiale donnée comme l’Ortra le propose, il peut déposer une demande auprès du SEFRI afin que l’évaluation du travail pratique se fasse sous la forme d’une évaluation des prestations par l’entreprise formatrice. La décision finale appartient au SEFRI.
  • Partie scolaire : il n’y pas d’examen final pour les connaissances professionnelles (CP) et la culture générale (CG). Les notes sont calculées à partir respectivement de la note d’expérience et de la note d’école, et également à partir du travail personnel d’approfondissement pour la CG.

En s’appuyant sur la solution qui a été trouvée, le DEFR soumettra prochainement une ordonnance correspondante au Conseil fédéral. Les directives élaborées par les partenaires de la formation professionnelle seront ensuite mises en œuvre sur la base de cette ordonnance. Les apprentis de toutes les branches ont ainsi la garantie que les examens de fin d’apprentissage auront lieu d’ici l’été 2020 et qu’ils pourront ainsi poursuivre au mieux leur parcours professionnel.

Pour les examens de maturité (maturité gymnasiale, spécialisée, professionnelle et examen passerelle), la Confédération et les cantons ont le but que tous les candidats de la volée 2020 obtiennent leur certificat de maturité dans les délais et qu’ils puissent s’inscrire à temps dans les établissements du degré tertiaire. Les modalités d’organisation des examens de maturité compte tenu de la situation extraordinaire actuelle devraient être fixées d’ici début mai.

Un autre thème central du sommet extraordinaire a été le recrutement et l’emploi des apprentis. La situation actuelle entrave le déroulement normal du processus de choix d’une profession et notamment l’organisation de stages d’observation ou d’entretiens d’embauche. Dans ce contexte, l’organe de pilotage « Formation professionnelle 2030 », réunissant des partenaires de la formation professionnelle, a mis en place un groupe de travail chargé d’élaborer rapidement des solutions possibles comme le rallongement de la phase de recrutement ou des mesures en matière de communication. Lors du sommet, tous les participants ont insisté sur le fait que la crise du coronavirus ne doit pas affaiblir la formation professionnelle. Ils en appellent, d’une part, aux entreprises formatrices pour qu’elles continuent à recruter des apprentis dans les mêmes proportions, aussi dans l’optique de l’année d’apprentissage 2020-2021. Demain comme aujourd’hui, toutes les entreprises auront besoin de personnel qualifié. Les partenaires invitent, d’autre part, les jeunes et leurs parents à contacter les entreprises formatrices et les services d’orientation professionnelle, universitaire et de carrière sous la forme qui convient.

En dernier lieu, cette réunion au sommet a permis de discuter de plusieurs scénarios concernant l’organisation centralisée des championnats suisses des métiers SwissSkills Bern 2020. La question de savoir si et sous quelle forme la manifestation pourra avoir lieu en septembre 2020 reste posée. Les décisions en la matière devraient être prises d’ici à la mi-mai 2020.