Initiative Stop mitage: élus de droite, représentants des communes et de l’économie, tous craignent pour le développement du Valais

powered by
https://canal9.ch/wp-content/uploads/Stop-Mitage-.fr_FR.vtt

Ils la jugent extrême et destructrice. Les opposants à l’initiative «Stop mitage» présentaient ce lundi matin leurs arguments. Le texte lancé par les Jeunes Verts réclame un gel national de l’extension des zones à bâtir, sans limite de durée. Élus de droite, représentants des communes et des milieux économiques, tous craignent pour le développement du canton.

«Vous ne pouvez pas avoir une croissance économique et démographique sans construire des écoles, des hôpitaux, des logements, des entreprises pour créer des emplois! lance Philippe Nantermod, président du Comité valaisan à l’initiative contre le mitage du territoire. On montre souvent des photos de villages qui se sont étalés. Alors oui, ils ont vu leurs populations multipliées par dix. Les gens ne vont pas s’installer sous terre. Même la gauche lance des initiatives populaires pour mettre plus de moyens dans la construction d’habitations à loyers modérés. On imagine quoi ? Qu’on va les construire sur la lune ? On va les construire chez nous, il faut du terrain ou alors on met une cloche sur la Suisse et on arrête tout.»

Parmi les détracteurs du projet, le Conseiller d’Etat Jacques Melly redoute une flambée des prix de l’immobilier:

«La valeur du terrain à bâtir va s’envoler, ça va également entraîner une augmentation des prix de la construction, des logements. L’économie va devoir payer plus cher pour ses zones entrepreneuriales et industrielles. Et ensuite, qui va financer ce 50% de dézonage supplémentaire de nos zones à bâtir? C’est inadapté et impossible.»

Car l’application de la LAT entraîne déjà une réduction de l’étendue de zones à bâtir du canton. Alors les adversaires de cette nouvelle initiative n’hésitent pas à la qualifier de superflue et de dangereuse.

La campagne s’annonce houleuse. Jeudi, ce seront les partisans du texte qui présenteront leurs arguments.

Au final, les Suisses trancheront dans les urnes le 10 février prochain.


Tags assigned to this article:
LATVOTATIONS