Quand les encaveurs fixent des prix, les vignerons voient rouge

powered by
https://canal9.ch/wp-content/uploads/Temps-forts-WEB-.fr_FR.vtt

En juin dernier, un consensus est trouvé au sein de l’interprofession de la vigne et du vin pour la vendange 2019. Mais aujourd’hui, la SEVV, société des encaveurs de vins du Valais, fait marche arrière, en abaissant les prix indicatifs décidés pour certains cépages, comme le merlot, la syrah ou le gamay. Les blancs ne sont pas en reste: la SEVV préconise une baisse de 10 centimes pour le païen et l’arvine, alors que les vignerons visent à l’augmenter de 10 centimes en raison de leur rareté.
La fédération des vignerons valaisans salue du bout des lèvres que des prix soient tout de même fixés pour cette prochaine vendange. Mais elle ne lâche pas la grappe et incitent ses membres à revendiquer un prix minimum de 3 francs 36 pour le pinot et de 3 francs 20 pour le gamay. Soit les valeurs planchers décidées en juin.
En baisse depuis plusieurs années, le marché du vin fait peser de lourdes charges sur le dos des viticulteurs du canton et de tout le pays. Ces guerres des prix en sont la conséquence directe.